Bienvenue·Jeunesse·Policier

L’avis du corbeau sur Au Bois Dormant

Un polar reprenant le célèbre conte de Perrault en une version plus macabre et moderne.

LA PETITE FICHE DE L’ŒUF EN QUESTION :

Titre : Au bois dormant

Auteur : Christine Féret-Fleury

Parution originale : 2014 (FR)

Edition : Editions Hachette (Black Moon)

Parution : 2014

Genre : Jeunesse / Policier

Thèmes livre : Crime/ Rouet/ Aurore / Belle au bois dormant/ Enquête

Nombre de page : 346 pages (lecture)

Ma note : ★★★★ /★★★★★

Acheter : Amazon : Ici


Synopsis : On l’appelle le Rouet. En référence au « rouet » sur la pointe duquel la Belle au Bois Dormant se pique le doigt dans le conte de Perrault. Car le Rouet est un tueur en série, un criminel qui traque ses victimes dès leur naissance, promettant à leurs parents qu’il leur dérobera la vie le jour de leur seizième anniversaire.

Ariane aura seize ans dans quelques mois. Elle décide de s’enfuir plutôt que d’attendre cette mort annoncée. En chemin, elle rencontre Lara, une jeune fille qui lui ressemble comme une sœur. Mais un terrible accident emporte Lara. Elle aurait eu ses seize ans quelques jours plus tard. Dans la précipitation des événements, on confond Ariane et Lara. Et si changer d’identité était la solution pour échapper au tueur ? Ariane décide de se faire passer pour la défunte et continue sa fuite. Mais le tueur est bien plus proche qu’elle ne le croit…


Cette version musicale de once upon a dream était je trouve approprié pour accompagner le post qui suit, de part son côté assez sombre presque mortifère, soutenue par l’incroyable voix chaude et sensuel de Lana Del Rey.

Enfin une Aurore 2.0 au nom d’Ariane un peu moins cucul la praline, car les belles au dormant sont d’habitude ennuyeuse à souhait et sans intérêt, hormis l’aspect symbolique du conte qu’il y a derrière du passage de l’adolescence à l’âge adulte. J’ai été surprise à l’idée de voir une enquête avec pour thème principal le Rouet!

Ici vu comme une personne sombre et un dangereux tueur en série, traqué par les forces de l’ordre qui n’en peuvent plus du peu d’indice et des meurtres répétitifs que causent ce serial killer.

J’ai trouvé que prendre l’objet du rouet et de le transcrire en personnage à part entière relevé du génie, j’ai aimé suivre l’enquête, pensais que j’avais enfin trouvé qui était le coupable pour au final me dire :

Ah bah non en fait… Mais qui est-ce bon sang???? ARRHHGGGG!

L’écriture est détaillée, précise, aussi tranchante que l’aiguille d’un rouet pour nous plonger au plus près dans cette angoisse persistante de cette traque et jeu de la souris entre une future victime et un meurtrier.

Je reviens au personnage du Rouet très bien écrit (pour moi c’est du génie à l’état pur) tant pour sa vocation, l’histoire lié à sa psychologie et la manière très sacralisée dont il fait preuve pour organiser ses meurtres mais aussi les réaliser.

Il y a de part cette répétition avec nombreux éléments ressemblant tel que le sexe des victimes, l’âge des jeunes filles : 16 ans, leur blondeur candide mais aussi l’histoire qui les relient les unes aux autres ; toute cette préoccupation et le temps de préparation dont use ce meurtrier prouve une fois encore que les personnages ne sont pas face à un sombre idiot, mais à un adversaire redoutable.

Ce qui n’empêche pas le fait que les autres personnages sont tout autant digne d’intérêt, notamment la retranscription du prince libérateur de malédiction vu comme un policier nommé Jude, qui a un lien puissant avec toute cette enquête.

Les gérantes de la librairie, un groupe de 4 amies aux professions diverses en plus d’être libraire et qui me rappelle les bonnes fées veillant sur l’enfante.

Et naturellement il y a Ariane une héroïne dont le destin ne tient qu’à un fil une pique de Rouet.

Je regrette que ma lecture soit déjà terminée car elle m’a vraiment transportée, je trouve que le fait que je n’ai pas réussi à trouver qui était le meurtrier me pousse à dire que dans le genre policier ce livre marque des points, en revanche ce qui m’a moins plu c’était que la fin fut vite précipitée, j’aurais aimé savoir comment se clôturer l’enquête par exemple.

Ou comment Jude digérer le résultat de cette enquête, que deviennent les 4 bonnes femmes, et Ariane?

Pour moi ce livre aurait pu faire parti des livres saga mais cela encore car je suis gourmande, je suppose…

Concernant la construction de ce livre il faut s’habituer aux changements point de vue interne et externe ainsi qu’omniscient, car nous avons une Ariane interne, un Jude policier externe et un Rouet qui suit tout comme si c’était une sorte de divinité monstrueuse (et très imbue de lui même au passage).

Pour conclure je trouve que ce pollar/ Thriller se lit plutôt bien et reprend les moments clefs du conte de Charles Perrault tout en s’appropriant un nouveau visage, on a une boule au ventre avant les dernières pages et l’histoire est bien construite et menée d’une plume experte qui a le sens du détail sans trop en donner.

En clair vous pouvez le manger, mais attention aux épines…

Bonne lecture!

Un commentaire sur “L’avis du corbeau sur Au Bois Dormant

Répondre à Fantasybooksaddict Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *