Bienvenue·Contes·Jeunesse

L’avis du corbeau sur La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca

Venez arpenter vous aussi ce carrefour de l’étrange où se situe la rue Broca! Sorcières, Fées, poupées et géants vous attendent au tournant!

LA PETITE FICHE DE L’ŒUF EN QUESTION :

Titre : La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca

Auteur : Pierre Gripari

Parution originale : 1987 (FR)

Edition : Editions Folio (Junior – Edition spéciale)

Parution : 1987

Genre : Jeunesse / Contes

Thèmes livre : Contes / Humour / Sorcières / Féerie / Créatures

Nombre de page : 121 pages (lecture)

Ma note : ★★★★ /★★★★★

Acheter : Editeurs : Ici

Amazon : Ici


Synopsis : Il était une fois la ville de Paris. Il était une fois un café kabyle. Il était une fois un monsieur Pierre. Il était une fois un petit garçon nommé Bachir. Il était une fois une petite fille, une sorcière du placard aux balais, un géant aux chaussettes rouges, une paire de chaussures amoureuses, une poupée voyageuse, une fée du robinet… La rue Broca n’est assurément pas une rue comme les autres.


Voici un petit point de vue sur les contes de la rue Broca, que naturellement j’ai relu maintes et maintes fois et dont je voulais vous faire part dans un petit article que voici.

Il faut savoir que j’ai lu ce livre dans le cadre des pyramides un challenge organisé par un membre du site Livraddict que j’affectionne tant, je prendrais à un moment le temps pour parler de ce challenge livresque qui est très intéressant ainsi que de faire un petit article pour vous présenter au mieux ce site qu’est Livraddict.

Mais pour l’heure revenons en à nos moutons, à nos sorcières hargneuses et envieuses, ou à toute créature à qui vous vous identifierer.

Le style jeunesse est un style que j’affectionne comme beaucoup d’autres, mais j’aime avoir du contes et du fantastique et il y a énormément d’ouvrage pour enfant qui nous replonge à l’âge de nos 7, 8 ans et c’est le cas de ce recueil de contes.

Outre les deux plus célèbres à savoir les deux bonnes sorcières qu’on affectionne tant : La sorcière de la rue Mouffetard obsédé par sa laideur et qui rêve jour et nuit de manger une petite fille dont le prénom commence par un N, histoire de devenir une véritable bombasse des temps modernes ; mais aussi la sorcière du placard à balais terrifiante pour tout ceux qui se moqueront de son arrière train de part une petite comptine « insignifiante ».

Mais il y a aussi des chaussures qui sont amoureuses l’une de l’autre, un géant voulant trouver l’amour, une fée accroc à la politesse et une poupée médium, et j’en passe.

Tout au long des pages j’ai eu cette nostalgie que j’ai eu quand j’ai fais la découverte de ces petits contes quand je n’étais encore qu’un oisillon et que je n’avais que les livres pour ami, la sorcière du placard à balais était celui où je m’identifiais le plus sans doute car ma maman à l’époque montait une comédie musicale pour enfant où j’incarnais le narrateur : Monsieur Pierre.

Je me souviens encore que j’avais fais tous les jeux également de la fin et que je n’étais pas contente que le livre m’avait qualifié de sorcière, je me souviens avec force de l’avoir boudé puis l’avoir repris pour mieux identifier les sorcières qui ne sont pas si vilaines que cela.

Ce que j’ai aimé dans la plume de Pierre Gripari c’est qu’il reprend le schéma classique des contes mais les détournent également d’une manière originale et dès fois farfelue, ce qui nous amuse et nous pousse à ne pas lâcher le bouquin qu’on tient. C’est frais, inventif et il prouve une nouvelle fois que les livres n’ont au final pas d’âge et sont nos compagnons de route forever quelque soit le moment où on les rencontre.

Je parcourais les pages et je n’ai même pas compté combien de fois mes commissures de lèvres s’étaient élargies, j’étais amusée en tout cas, ça c’est chose sûre, en revanche un ou deux contes dans leur manière de clôturer m’ont laissé sur ma faim.

Mais bon je lui pardonne et en tant que vieille corneille qui sait je mangerais peut être un jour de nouveau ce conte avec une bonne sauce tomate qui me fera oublié cette fin trop rapide à mon goût.

Lisez le à tout âge, bonne humeur et sourire garanti!

Et attention à ne jamais entonner ce refrain

« Sorcière, Sorcière prend garde à ton derrière! »

Surtout si vous êtes dans une petite maison pas chère comprenant un placard à balais!

Bonne lecture =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *