Bienvenue

L’avis du corbeau sur Odd et les géants de glace

Une sorte de crème glacée livresque teintée de mythologie nordique « viking ».

LA PETITE FICHE DE L’ŒUF EN QUESTION :

Titre : Odd and the Frost Giants (VO) Odd et les géants de glace (VF)

Auteur : Neil Gaiman

Traductrice : Valérie Le Plouhinec

Parution originale : 2008 (FR)

Edition : Editions Albin Michel

Parution : 2017

Genre : Jeunesse / Conte

Thèmes livre : Viking/ Mythologie/ Hiver/ Géant

Nombre de page : 136 pages (lecture)

Ma note : ★★★★ /★★★★★

Acheter : Editeur : Ici

Amazon : Ici


Synopsis : Dans un village nordique isolé, vit Odd, douze ans, un garçon à qui la chance ne sourit guère : son père n’est jamais revenu d’une expédition viking, et un arbre a écrasé sa jambe, le laissant boiteux. Cette année, l’hiver glacial ne se termine pas, rendant les villageois bougons et méfiants. Un aigle, un ours et un renard apprennent à Odd pourquoi l’hiver a envahi le pays : les géants de glace l’ont givré. Seul un garçon très spécial, malin, optimiste et à l’éternel sourire serait en mesure de ramener l’ordre chez les dieux, et la chaleur chez les hommes…


Extrait :
« Il s’assit le dos contre le mur. Ni l’ours ni l’aigle ne lui prêtèrent attention. Le renard lui jeta un regard rapide de ses yeux verts.
— Vous parliez, fit remarquer Odd.
Les animaux le regardèrent, puis se regardèrent entre eux. Ils ne dirent pas réellement : « Qui ? Nous ? », mais c’était bien ce qu’exprimaient leur attitude, leur posture.
— Quelqu’un parlait, insista Odd, et ce n’était pas moi. Il n’y a personne d’autre ici. Conclusion : c’était vous. Et ce n’est pas la peine de vous disputer.
— Nous ne nous disputions pas, rétorqua l’ours, car nous ne savons pas parler.
Puis il ajouta :
— Oups !
Le renard et l’aigle lui lancèrent un regard furibond ; il mit une patte devant ses yeux et prit un air penaud.
Odd soupira.
« 

Et me voilà reparti sur les routes de ma pyramide « Contes et légendes » de nouveau, il faut dire que j’étais censé la finir courant janvier donc il est en effet temps de rattraper mon « petit » retard…

Le printemps approche à grands pas mais n’est pas encore à notre porte, sortant d’Imbolc je suis très heureuse d’avoir eu ce petit ouvrage plein de fraîcheur et de flocons glacés.

Voici donc un petit conte pour enfant (disons entre 8 et 12 ans mais vous pouvez très bien je pense le lire à tout âge) fortement sympathique prenant racine dans une vision très viking et mythologie nordique, le tout écrit avec humour et réflexions (comme toute bonne construction de conte il y a un premier sens puis un second), je ne m’attarderais pas sur les ellipses bien qu’il pourrait y avoir une forte réflexion sur la maîtrise de la peur et l’appréhension de l’inconnu et par conséquent de grandir qui sera fortement soutenu tout au long de ce livre, d’autres plus personnelles me viennent en tête et surtout après avoir lu récemment L’étrange vie de Nobody Owens de part le même auteur.

Etant donné qu’il est écrit pour un public plus jeune, chose qui a tendance à me plaire, j’ai été surprise que cette histoire m’a moins plus que le titre cité au dessus, je me suis vraiment attaché à son style gothique et là ce n’était pas le même style de plume sur lequel j’avais eu un petit coup de cœur, souhaitant lire Neverwhere et Coraline je suis persuadé que je retrouverais ce petit style qui me plaît tant.

Mise à part ce petit caprice de lectrice (pour changer) j’ai bien aimé voyagé dans ce pays froid et cette histoire glacé amusante et positive, et je m’en suis délecte une petite heure même si le héro n’a pas autant de complication dans sa sainte quête qui me rappelle un certain Disney parlant de l’hiver avec un bonhomme de neige qui parle et dont je ne citerais pas le nom sinon toutes les musiques vont me hanter jusqu’à demain matin…

Il y a quelques petits clin d’oeil à la mythologie mais je vous rassure pas besoin d’avoir lu ou d’avoir un master en théologie, c’est simple parfait pour tester et voir si cela vous parle avant de rentrer dans des écrits bien plus complexes qui eux nécessites bien souvent de recherches ; ici vous pourrez très bien le lire en étant fatiguée, ou le lire à de jeunes enfants.

L’auteur a cette faculté dans tous les cas de traiter d’un sujet qui pourrait être compliqué de manière concrète et tout en poésie on a la sensation qu’on pourrait tout aussi bien racontée cette histoire tout en étant près d’un feu de camp en grillant quelque marshmallow, et même si c’est court on est heureux de voir les tenants et aboutissants de cette histoire.

Je n’ai pas eu le temps de m’attacher aux personnages car tout va très vite mais j’ai passé un excellent moment en leur compagnie et j’aurais même bien voulu lire ce livre en contrée viking comme la Scandinavie par exemple.

Les personnages restent quand même intéressant de part leurs liens à la mythologie et les petites explications glissé ça et là notamment cette manière de parler de Ragnarök (une fin du monde sans soleil pour faire très court) qui automatiquement nous happe, c’est du génie de s’inspirer de ces mythes tout aussi intéressants les uns que les autres et même si je n’ai pas pu m’attacher nettement à des personnage j’ai été happé par les événements.

Le point positif aussi sont les illustrations qui sont comme des gravures, j’ai aimé le fait qu’il y en ait seulement une par chapitre; vu le nombre de page, sinon j’aurais trouvé cela un peu trop vis à vis de l’auteur.

Cette quête initiatique qu’a Odd pour aider trois dieux du panthéon nordique est simple, agréable, rappelle la notion de la racine et se lit rapidement pour les enfants ; quand aux plus grands vous pourrez le lire mais n’en attendez pas autant que les autres écrit du même auteur, si vous cherchez de la complicité de la poésie et ce tout en simplicité alors ouvrez ce livre sans attendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *